Blog

À Vittel, onze familles prennent possession de leurs logements « nouvelle génération »

Ce jeudi 22 octobre, Vosgelis a organisé une visite de son nouveau programme immobilier de Vittel visant le label « E+C- » (énergie positive, carbone négatif). Cette visite en petit comité (mesures sanitaires obligent) a permis aux invités de découvrir, en compagnie de l’architecte et de deux locataires, ces nouveaux logements qui ont donné la possibilité à Vosgelis d’expérimenter la future Norme Environnementale 2020.

Sept pavillons et 4 appartements composent cette nouvelle résidence bâtie sur la friche de l’emblématique « Hlm 10 », démoli en 2016. Les logements atteignent un niveau de performance particulière élevé puisqu’ils ont servi de terrain d’expérimentation pour le label « E+C- », qui préfigure la nouvelle norme environnementale destinée à remplacer la « RT2012 ».

En effet, pour Vosgelis qui considère l’environnement comme une seconde vocation, il paraissait évident de répondre à l’appel à projets lancé par l’État en 2018 auprès des bailleurs sociaux. Vosgelis a donc proposé cette opération qui a pris rang parmi les 18 programmes expérimentaux retenus pour la Région Grand Est.

Le directeur général, Fabrice Barbe, l’architecte de l’opération, Julien Masson et le vice-président de Vosgelis, Dominique Momon.

Concrètement, les constructions à ossature bois disposent donc des meilleurs matériaux et équipements afin d’augmenter leurs performances environnementales et de limiter au maximum leur impact carbone sur la planète. Équipés de chaudières à pellets ou encore de tuiles en terre cuite, les logements sont économes en énergie, ce qui vise à favoriser le confort et le pouvoir d’achat des futurs locataires. Une année a été nécessaire pour construire cet ensemble immobilier dont les clés seront remises la semaine prochaine à leurs heureux bénéficiaires.

Nos locataires ont du talent !

Jean-Jacques Rouaud, un des locataires de Vosgelis, a eu l’immense gentillesse de nous accueillir à son domicile situé au quartier Kellermann de Saint-Dié-des-Vosges, pour nous présenter ses talents de peintre et d’écrivain.

Grand créatif dans l’âme, Jean-Jacques Rouaud nous explique puiser son inspiration dans la vie de tous les jours. C’est également son parcours de vie atypique qui lui apporté cette fibre artistique. En effet, originaire de Gironde, Jean-Jacques a d’abord vécu à Saint-Nazaire, à Paris, à Strasbourg puis à Gérardmer pour enfin s’installer à Saint-Dié-des-Vosges et devenir depuis un an, locataire de Vosgelis. Durant toutes ces années, il a d’abord réalisé une formation d’ébéniste pour ensuite travailler dans les aménagements d’hôtels et bateaux de luxe mais aussi de boutiques. Il a également suivi des études de stylisme et confectionné des costumes et décors pour l’opéra de Strasbourg. De plus, lors de son escapade parisienne, Jean-Jacques a eu l’opportunité d’assister à des défilés de mode et à de grandes expositions.

Depuis 27 ans, il écrit des romans et parfois des poèmes. Il nous a présenté l’un de ses récits dans lequel il inclut un jeu d’ombres pour ainsi mêler rêves et réalités. Dans ses écrits, il aime mettre en situation des instants de la vie réelle, tout en utilisant son imagination. Ses écrivains favoris sont Amélie Nothomb, Sylvie Testud, Philippe Besson et Sophie Fontanel mais c’est avant tout le roman déclencheur de Silvia Monfort ; Les Ânes Rouges qui l’a encouragé à commencer l’écriture.

La peinture s’est ensuite ajoutée dans l’équation qui selon lui, se complète parfaitement avec l’écriture. Ses récits l’inspirent parfois à la réalisation de certaines œuvres et inversement. Bien qu’il apprécie énormément Dali, son style varie avec le temps et selon les périodes, tout comme Picasso. Autrefois, ses toiles s’inscrivaient dans un style plutôt classique avec des reproductions de paysages et d’objets concrets. Aujourd’hui, Jean-Jacques met en lumière des formes abstraites se rapprochant du style ethnique. Pour Jean-Jacques Rouaud, l’écriture et la peinture sont un moyen de se sentir bien et d’extérioriser ses émotions. Ces deux arts sont avant tout une manière de laisser une trace de ses souvenirs, ancrés dans sa tête afin qu’ils deviennent éternels.

Un appartement pour apprendre à consommer autrement et faire des économies sur ses factures d’énergie !

Le 15 octobre dernier Vosgelis a inauguré un deuxième appartement pédagogique situé au 15 rue Jean Jaurès, quartier Kellermann, à Saint-Dié-des-Vosges en présence. Les représentants de Vosgelis, élus et acteurs du quartier se sont donné rendez-vous pour visiter ce nouveau lieu dédié à l’apprentissage d’éco-gestes simples, permettant de réduire les factures d’énergies mais aussi de lutter contre la précarité énergétique

Le concept novateur a fait ses preuves depuis l’installation du premier appartement pédagogique de Vosgelis à Golbey en 2016. Véritable outil ludique, il permet aux habitants d’apprendre les bons gestes et les bonnes pratiques pour mieux vivre dans leurs logements.

L’idée est simple : des visites et des ateliers sont dispensés par des collaboratrices de Vosgelis sur des thèmes divers (entretien quotidien, à maîtrise des consommations d’eau et d’énergie, sensibilisation aux questions environnementales ou encore gestion des déchets). Une recette qui fonctionne avec de petits gestes simples qui, si on les applique au quotidien, permettent toutefois d’économiser jusqu’à 300€ par an.

Ce nouveau lieu d’échanges et d’apprentissage accueillera sur rendez-vous les clients-locataires de Vosgelis, mais également des structures de proximité telles que les CCAS, les écoles et les associations du secteur qui pourront y animer des ateliers. Octobre a d’ailleurs été consacré à la fabrication de baume hydratant et de sirop naturel grâce à l’association « Échanges et cultures ».

D’autres projets sont également à l’étude avec par exemple la fabrication de meubles en carton.

L’insertion, volet prioritaire du plan de relance chez Vosgelis

Ce mardi 13 octobre, en partenariat avec l’ensemble des acteurs vosgiens* engagés avec nous dans le développement économique du territoire, nous avons dessiné les contours du plan de relance 2021 chez Vosgelis. Un programme de travaux dont l’investissement se monterait à 16,5 millions d’euros et qui mettrait l’insertion au premier rang de ses priorités.

Le plan de relance 2021 cible 4 opérations pour un total de 250 logements. Il s’agirait de reconduire le modèle de travaux de rénovation déjà réalisés avec succès dans certaines résidences comme les Mûriers à Golbey ou plus récemment l’immeuble Bretagne à la Verrerie de Portieux (photo ci-dessus). Un modèle dont l’objectif est de permettre aux plus anciens locataires de rester dans leur quartier grâce à une offre de logements accessibles et pour la plupart labellisés Habitat Senior Services® : installation d’un ascenseur, création de coursives, remplacement des baignoires par des douches, sans oublier bien sûr l’amélioration thermique des bâtiments.

Notre projet se distingue également par son objectif en terme d’insertion. Que ce soit au titre de la clause d’insertion dans les marchés publics ou par le biais de lots réservés à des entreprises d’insertion, Vosgelis entend profiter de ce plan de relance pour redonner du travail au plus grand nombre de personnes possible, comptant bien que parmi elles se trouveront certains de ses propres locataires.

* La Préfecture, le Conseil Départemental, la CAPEB, la Fédération du Bâtiment, la Direction Départementale des Territoires, le GEIQ BTP Lorraine, Reval Prest, la DIRECCTE Grand Est, l’association AMI

Archettes : les séniors ont la main verte !

Dans cette petite résidence achevée en 2018 et labellisée Habitat Senior Services®, les habitants ont à cœur de préserver leur cadre de vie et notamment de faire respecter leurs allées piétonnes. Or, celles-ci étaient régulièrement obstruées par les véhicules stationnant sur les parkings voisins…

Aussi, leur chargée de clientèle Evelyne, engagée par ailleurs dans le projet « environnement » de Vosgelis, a eu l’idée de récupérer d’anciennes jardinières stockées au siège de l’entreprise et de s’en servir pour sécuriser ces espaces. Les locataires ont approuvé avec enthousiasme ce projet qui leur permettait de surcroît d’embellir leurs allées.

C’est donc une délégation de jardiniers séniors qui a bravé la pluie, vendredi dernier, pour s’atteler au fleurissement des bacs installés par Vosgelis. Une nouvelle activité collective est née puisque les habitants ont d’ores et déjà décidé de se retrouver au printemps pour de nouvelles plantations.

Octobre Rose : Vosgelis plus que jamais mobilisé

Au fil des années, Vosgelis est devenu un acteur à part entière d’Octobre Rose. Co-organisateur de manifestations (Neufchâteau), pourvoyeur de tee-shirts (Saint-Dié, Corcieux…), le bailleur se mobilise à tous les niveaux et ses équipes sont toujours au rendez-vous.

Ainsi, malgré un contexte d’incertitudes, Vosgelis a reconduit sa participation à l’édition 2020, avec un temps fort ce dimanche 4 octobre à Epinal : près de 80 collaborateurs et leurs familles ont participé aux Foulées Roses dont l’entreprise est partenaire depuis l’année dernière. Leur mobilisation a permis de faire un don de 700 € à la Ligue contre le Cancer, en complément des 1200 € versés par Vosgelis au titre du sponsoring.

A lire également dans Vosges Matin :

https://c.vosgesmatin.fr/culture-loisirs/2020/09/22/la-ville-de-corcieux-se-teinte-de-rose-pour-un-octobre-solidaire

Affiche d’Octobre Rose à Neufchâteau :

Défi mobilité : près de 2500 km convertis en aides aux soignants

Du 14 au 27 septembre, Vosgelis a participé au « Défi mobilité » organisé dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité. Vingt-huit collaborateurs ont ainsi relevé le défi, dont 23 sont venus travailler à vélo quasiment chaque jour (heureusement, il a fait beau… presque jusqu’au bout !). Les autres sont venus en train, à pied ou en covoiturage.

Au total, ce sont dont 2 451,66 km qui ont été comptabilisés au titre de ce défi. Ces kilomètres seront valorisés et versés aux soignants qui luttent chaque jour contre la Covid.

Le reportage :

Article de Vosges Matin (23 septembre)

Nous souhaitons la bienvenue à nos nouveaux locataires atypiques mais fort sympathiques :)

Vosgelis met en place de nouveaux logements pour des locataires un peu spéciaux. Quatre couples de martinets qui vivaient dans l’un des bâtiments de l’ancienne maison de retraite de Neufchâteau, sont contraints de changer de domicile en raison du projet de déconstruction. C’est pourquoi l’EPFL (Établissement Public Foncier de Lorraine) a pensé à Vosgelis pour installer cinq nichoirs sur l’un des immeubles de son parc, situé au n°234 quai Jean Moulin à Neufchâteau.

Les martinets sont une espèce protégée qui arrivent en Europe Occidentale courant avril puis repartent vers le mois d’août en Afrique. En l’espace d’une décennie, le nombre d’individus a basculé de plus de 40%. Physiquement similaires aux hirondelles, ce sont des oiseaux capables de vivre dans les airs en continu, et ceci durant des mois.

Pour Vosgelis, entreprise très engagée qui a fait de l’environnement l’une des priorités de son projet d’entreprise, la biodiversité n’a pas de prix. Il paraissait donc naturel d’encourager la démarche de l’EFPL et d’accueillir de grand cœur ces nouveaux locataires.

Jimmy, jeune papa en congé pour 4 semaines grâce au Parental Act

Gardien chez Vosgelis, Jimmy semble avoir encore du mal à croire à sa chance. A la naissance de sa petite Alia, le 14 septembre dernier, il a pris son congé de paternité « normal »… sauf qu’une lettre de Vosgelis est en cours d’acheminement pour lui confirmer qu’au titre du Parental Act, il ne reprendra le travail que le 19 octobre.

En effet, depuis le 22 juin dernier, Vosgelis adhère au dispositif du Parental Act, devenant ainsi la 329° entreprise française à offrir un congé de 4 semaines au deuxième parent. Cette décision de Fabrice Barbe, directeur général de Vosgelis, s’inscrit dans l’une des 3 priorités du projet d’entreprise qui est le bien-être des collaborateurs. Après l’accord sur le télétravail signé en décembre 2019, cette nouvelle mesure au profit de l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle vient s’ajouter aux nombreux avantages sociaux qui font la différence chez Vosgelis.

Et les collaborateurs ne s’y trompent pas et sont reconnaissants. « Mes amis avaient lu cette information dans le journal, se souvient Jimmy ; quand je leur ai dit que j’allais en bénéficier, ils m’ont demandé « Mais alors, c’est vraiment vrai ? ». Moi-même c’est la première fois que je vois une entreprise qui offre ce congé, je ne savais pas que cela existait. C’est vraiment appréciable : cela soulage la maman d’Alia que je sois à la maison, c’est bon pour l’équilibre de toute la famille. »

Lire l’article de Vosges Matin :
https://c.vosgesmatin.fr/societe/2020/08/22/vosgelis-va-payer-un-mois-de-conge-naissance-au-second-parent

Masques usagés : Vosgelis et le Sicovad organisent une collecte à Épinal

Des milliers de masques jetés chaque jour dans la nature… Pour Fabrice Barbe, directeur général de Vosgelis, « c’est une catastrophe écologique ». A l’occasion d’une visite au Sicovad, début septembre, il a pu partager ce constat avec les équipes ainsi qu’avec leur président Benoît Jourdain. Ensemble, ils ont décidé de tester une collecte de masques usagés sur le quai Barbier à Epinal.

Quelques unités de recyclage commencent à fleurir sur le territoire français ; mais en attendant, les masques FFP2 usagés sont des déchets qu’il faut traiter avec précaution. Or les erreurs sont nombreuses : selon les équipes du Sicovad, ces masques sont fréquemment jetés dans les bacs jaunes (déchets recyclables), alors que leur place est dans les bacs verts avec les ordures ménagères, bien isolés au préalable dans un emballage séparé.

Aussi, afin de sensibiliser les habitants aux bons gestes, le Sicovad a mis à la disposition de Vosgelis une dizaine de bacs qui seront installés tout au long du quai Barbier à Epinal. Les locataires du quai, mais également tous les habitants des rues voisines et tout visiteur de passage, sont invités à y déposer leurs masques usagés. Les bacs seront régulièrement vidés par le Sicovad et leur contenu incinéré, du moins jusqu’à la mise en place éventuelle d’une solution de recyclage.

Cette première récolte, accompagnée par une campagne de communication invitant les résidents à se rendre « aux bacs masqués », est organisée à titre de test. Vosgelis envisage par la suite, si le port du masque devait continuer à s’imposer, d’étendre le dispositif à d’autres quartiers de son patrimoine.