Ils ont retrouvé du travail grâce à la Clause d’Insertion Sociale

Un an après la mise en place de la clause d’insertion sociale dans nos marchés, nous avons souhaité réunir les partenaires du dispositif en présence de la presse afin de nous réjouir ensemble des résultats obtenus. En effet, le nombre d’heures d’insertion effectuées sur nos chantiers a été multiplié par sept !

Ce matin, les représentants des entreprises Bové et Déobat étaient donc venus témoigner en compagnie de salariés ayant bénéficié de cette clause – qui, rappelons-le, consiste pour les entreprises titulaires de nos marchés de travaux, à offrir un certain quota d’heures de travail à de jeunes demandeurs d’emploi de longue durée ou reconnus travailleurs handicapés.

C’est ainsi que Gauthier et Kongo (en photo), après avoir effectué une mission dans le cadre de ce dispositif, se sont vu proposer un CDI au sein des entreprises qui les avaient recrutées… Un nouveau départ pour ces jeunes qui, comme l’a souligné notre Président Alain Roussel, font la richesse de notre activité économique.

Si les heures d’insertion dans nos marchés sont passées de 1500 à plus de 10.000 en un an, c’est grâce à l’investissement des entreprises, mais aussi au travail des « facilitateurs », c’est-à-dire les associations d’insertion qui mettent en relation les demandeurs d’emploi avec d’éventuels recruteurs. Il s’agit de la MSPE (Maison des services publics et de l’emploi) des Pays d’Epinal et de Remiremont et du PETR (Pôle d’équilibre territorial rural) du Pays de la Déodatie.

Quant à l’implication des équipes de Vosgelis (en particulier de notre service achat) dans cette réussite, est-il besoin de la souligner ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *